Choisir une mutuelle pour des études à l’étranger s’avère indispensable. Surtout si vous décidez d’étudier hors d’Europe ou d’effectuer un stage.

Étude à l’étranger : quelle prise en charge de la Sécurité Sociale ?

La Sécurité Sociale ne prend pas forcément en charge vos dépenses de santé lors de vos études à l’étranger. Cela dépend à la fois du pays d’accueil et de votre statut.

En Europe

Lorsque l’on parle d’Europe on évoque ici les pays de l’Union Européenne. Ainsi que la Norvège, l’Islande, le Liechtenstein et la Suisse. Dans ces pays vous devrez effectuer une demande de Carte Européenne d’Assurance maladie (CEAM). La démarche doit être effectuée auprès de votre Caisse primaire d’assurance maladie (CPAM), 15 jours au moins avant votre départ. Vos soins seront alors remboursés mais selon les conditions en vigueur dans le pays de séjour.

Les remboursements peuvent être inférieurs à ceux pratiqués en France. Par exemple :

Pays Médicaments et médecins Autres praticiens et hospitalisation
Allemagne Médicaments prescrits par un médecin conventionné. Seul 10% du coût reste à la charge de l’étudiant soit entre 5 et 10 euros. Soins chez le généraliste, le spécialiste ou le dentiste. 10% du coût d’une visite chez un kiné, un orthophoniste ou un podologue reste à la charge de l’assuré. Hospitalisation dans la limite de 28 jours par année civile. Règlement d’un montant de 10 euros par jour au-delà.
Espagne Soins dans les centres de santé publics ou privés. Les médicaments sont partiellement payants et dépendent du revenu de l’assuré qui doit payer entre 10 et 60% du prix final du traitement. Hospitalisation dans les hôpitaux publics ou privés. Les soins urgents et le transport en ambulance sont aussi pris en charge. Aucune couverture des prothèses dentaires et des lunettes.

BON A SAVOIR

Il peut aussi arriver que vous ayez besoin d’effectuer l’avance des frais. Même si le soin est pris en charge. Vous devrez alors remplir le formulaire S3125 des soins reçus à l’étranger pour vous faire rembourser par votre CPAM

En cas d’accident sur votre lieu d’études

Vous avez un accident sur votre lieu d’étude ? On distingue deux cas :

  1. Vous êtes inscrit dans une université ou dans un établissement d’enseignement supérieur en France. Et vous partez à l’étranger dans le cadre d’un programme d’échange comme Erasmus. Dans ce cas vous bénéficiez de la protection accident du travail. Vous devez déclarer l’accident à votre établissement d’enseignement supérieur en France.
  2. Vous n’êtes pas inscrit dans un établissement français ou n’êtes pas dans le cadre d’un échange ? Votre niveau de prise en charge dépend de la législation du pays d’accueil. Informez-vous auprès de votre CPAM. Dans ces conditions, il peut être intéressant de souscrire une mutuelle pour mieux vous couvrir.

Hors d’Europe

Vous avez plus de 20 ans

Si vous avez plus de 20 ans, vous devrez vous inscrire auprès du régime étudiant local. Et s’il n’existe pas, effectuer cette démarche auprès du régime local de Sécurité Sociale. Autre option ? Si vous avez la nationalité française, adhérer à la Caisse des Français de l’Etranger (CFE).

La couverture sociale varie selon les pays. Et dans certaines contrées hors d’Europe les soins sont très chers. Comme aux Etats-Unis où la consultation d’un généraliste est de 80 euros environ. Et aux alentours de 50 euros en Australie. Là aussi une assurance santé spécifique s’impose.

Vous avez moins de 20 ans

Vos frais médicaux urgents sont remboursés par la CPAM de vos parents. Mais seulement si vous respectez les trois conditions suivantes :

  1. Vous étudiez dans un établissement qui vous prépare à un diplôme officiel.
  2. Vous avez un certificat de scolarité.
  3. Vous revenez en France au moins une fois au cours de votre année universitaire.

Vous devrez toutefois effectuer l’avance des frais sur place avant de demander leur remboursement. Ceci à l’aide des justificatifs de paiement et des factures. C’est la CPAM de vos parents qui vous rembourse mais en fonction de la législation française. Ainsi, si vous étudiez aux Etats-Unis, au Canada ou en Australie - pays dans lesquels les frais médicaux sont chers - une somme importante peut rester à votre charge.

Les études au Québec

Un protocole d’entente franco-québécois favorise la prise en charge de vos soins de santé sur place. On distingue deux cas :

  1. Vous participez à un échange universitaire ? Procurez-vous - auprès de la CPAM - le formulaire SE 401-Q-106. Vous devez ensuite le faire compléter par votre université en France. Ce document vous dispense de vous affilier au régime étudiant de Sécurité Sociale du Québec. Une fois arrivé dans le pays d’accueil, inscrivez-vous auprès de la régie de l’assurance maladie du Québec (RAMQ). Vous bénéficierez ainsi des remboursements de vos soins, des assurances maladie et maternité. Ainsi que de la prise en charge locale en cas d’accident du travail ou de maladie professionnelle.
  2. Vous êtes inscrit dans une université québécoise ? Les conditions sont les mêmes que dans la cadre d’un échange universitaire. Vous devrez toutefois fournir les éléments suivants à la RAMQ, en plus du formulaire SE 401-Q-106 : certificat d’acceptation pour études délivré par le ministère québécois des relations avec les citoyens et de l’immigration. Une pièce d’identité prouvant que vous êtes de nationalité française. Ainsi que l’attestation de votre inscription dans une université québécoise.

Une assurance de carte de crédit peut-elle servir de couverture santé lors d’études à l’étranger ?

Si vous disposez d’une carte de crédit, elle peut prendre en charge certains soins de santé, ainsi que des services comme le rapatriement sanitaire. Sachez cependant que les cartes de base comme les Mastercard Standard ou Visa Classic ne sont pas très couvrantes. Il vaudra mieux vous tourner vers des cartes plus haut de gamme. Mais à la cotisation mensuelle souvent onéreuse et aux restrictions nombreuses : plafond, intervention dans certaines circonstances comme les trajets en transport ou les accidents de ski... Cette option n’est donc pas forcément avantageuse pour vos études à l’étranger.

Comment choisir sa mutuelle pour des études à l’étranger ?

Il existe deux grands types de mutuelles pour vous couvrir lors de vos études à l’étranger :

  1. Les mutuelles étudiantes.
  2. Les mutuelles dédiées aux études à l’étranger, aux stages et aux séjours au pair.

Les mutuelles étudiantes

Certaines mutuelles étudiantes proposent, moyennant un surcoût, de vous assurer lors de vos études à l’étranger. A l’instar de la LMDE (gestion nationale) ou de la SMEREP, MGEL ou SMENO qui sont des mutuelles régionales.

Voici quelques-unes des garanties de la LMDE qui propose un pack dédié aux études à l’étranger :

  • Rapatriement médical.
  • Frais de séjour supplémentaires en cas d’hospitalisation qui se prolonge.
  • Envoi de médicaments à l’étranger s’ils ne sont pas accessibles dans le pays d’études. Ainsi qu’envoi de lunettes, lentilles ou prothèses auditives.
  • Frais de recherche et de secours.
  • Avance des frais d’hospitalisation à l’étranger.
  • Conseils médicaux...

Cette liste n’est pas exhaustive et les garanties contiennent des restrictions ou des plafonds. Par exemple, jusqu’à 150 000 euros pour l’avance des frais d’hospitalisation ou 3 500 euros pour les frais de recherche et de secours.

Soyez également attentif au périmètre de couverture de votre mutuelle étudiant. Tous les pays ne sont pas couverts. Pour le vérifier reportez-vous aux conditions générales de votre contrat ou contactez votre mutuelle.

Les mutuelles spécialisées

Il existe également des mutuelles spécialisées que vous pouvez souscrire le temps de votre séjour. Moyennant quelques dizaines d’euros par mois vous êtes couvert, souvent de manière plus large puisque vous n’êtes pas forcément obligé d’être inscrit dans un établissement d’enseignement supérieur pour en bénéficier. Les séjours linguistiques à l’étranger, les périodes de stage ou le travail comme jeune fille au pair sont aussi couverts.

Voici quelques garanties offertes par ces mutuelles spécialisées :

  • Remboursement des frais de santé en complément de ceux prise en charge par la Carte Européenne d’Assurance Maladie. Avec des plafonds qui peuvent être de l’ordre de 200 000 à 300 000 euros. Une somme indispensable pour couvrir vos frais, notamment aux Etats-Unis ou en Australie. On entend par frais de santé les éléments suivants : soins courants, urgences dentaires ou optiques, examens, médicaments, frais d’hospitalisation ou transport en ambulance.
  • Rapatriement médical en transport public ou dans un avion ou VSL médicalisé.
  • Une assurance individuelle accident qui intervient en cas de décès ou d’invalidité.
  • Certaines de ces mutuelles prennent aussi en charge le vol des bagages et votre responsabilité civile à l’étranger.
Là non plus la liste n’est pas exhaustive. N’hésitez pas à comparer les mutuelles pour vos études à l’étranger.

Quelle mutuelle recherchez-vous ?

Comparaison

Commentaires

Ajouter un message